Le danger des vibrations prolongées ou répétitives sur votre santé

Il existe deux types de vibrations définies par la MSA. Les “Mains-bras” dans le cas de l’utilisation d’appareils portatifs et les “Corps entier” lorsque l’utilisateur est dans une machine ou sur une plateforme. La conduite d’engins agricoles expose à ce dernier type de vibrations prolongées.

 

Une des conséquences majeure des vibrations est le vieillissement prématuré du disque vertébral

Ceci provoque un affaissement de la colonne vertébrale qui est à l’origine d’hernies discales. Il en découle ensuite des lombalgies et des sciatiques. Certaines lombalgies sont reconnues au titre de maladie professionnelle (tableau 57 du Régime Agricole). Sur le nombre total de TMS recensées chez les exploitants agricoles, les TMS liées aux vibrations lors de la conduite d’engins agricoles arrivent en deuxième position après les TMS touchants les bras et les jambes. Des troubles digestifs et des troubles visuels peuvent également apparaître dans certains cas d’expositions prolongées aux vibrations.

Les risques pour la santé liés aux vibrations sont évalués par la notion d’exposition quotidienne. Une directive européenne ratifiée le 5 décembre 2000 fixe les valeurs à respecter de cette exposition. Pour être dans des conditions de travail confortables, présentant peu de risques pour la santé, les vibrations doivent être inférieures à 0,5 m.s-2 et l’exposition ne doit pas dépasser 1,15 m.s-2 par journée de 8 heures. Ces valeurs sont définies dans la norme NF E 90-399. Or, lors du travail avec un tracteur, les vibrations transmises au conducteur sont en moyenne de 0,8 m.s-2. En comparaison, dans une voiture, sur une route en bon état, les vibrations ne sont que de 0,3 m.s-2.

"Une pathologie très fréquemment rencontrée concerne la colonne vertébrale et en particulier celle des disques vertébraux. La hernie discale, lorsqu’elle s’accompagne d’une douleur sciatique ou crurale peut être reconnue comme maladie professionnelle par le Régime Agricole dans le cadre des troubles musculo-squelettiques."
Véronique Sientzoff, Médecin du travail à la MSA

 

livret sante v6 BAT 4Les vibrations se propagent dans le tracteur puis dans le corps de l’agriculteur. Elles sont d’abord absorbées par le pneu, interface entre le sol et le tracteur, puis la cabine et le pont avant s’ils sont suspendus, et enfin le siège.

Les vibrations qui n’ont pas été absorbées par ces différents éléments pénètrent alors les parties du corps de l’agriculteur dans trois directions :

  • l’axe dos-poitrine,
  • l’axe droite/gauche,
  • l’axe séant-tête.

Le rôle des équipements sont donc déterminants pour limiter l’exposition du corps aux vibrations. Le pneu, la cabine et le siège sont les trois leviers principaux pour réduire ces expositions.

La qualité du pneu impacte directement le niveau de vibrations auquel vous êtes exposé, et a un impact direct sur la santé de l’agriculteur.

 


Pour en savoir plus

La qualité est importante mais attention la pression des pneus peut aussi avoir des conséquences parfois dramatiques, allant jusqu’au retournement du tracteur. Si vous souhaitez en savoir plus sur les causes et les conséquences du retournement, téléchargez gratuitement le livre blanc ci-dessous :

Téléchargez : Quels sont les risques santé liés à la conduite d'engins agricoles?

Le présent document et les informations qu’il contient n’ont qu’un caractère informatif. Bien que la rédaction ait fait l’objet de soins minutieux, nous déclinons toute responsabilité pour tout préjudice subi en raison d’erreurs subsistant dans le texte. Toutes les données sont par ailleurs susceptibles d’être modifiées sans préavis après la date de publication.


Laissez un
commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *